Crit’Air : où en êtes-vous ?

Paris, Lille, Strasbourg, la vignette Crit’Air et le principe de la circulation différenciée sont désormais officiellement entrés en vigueur depuis le 1er juillet. Alors que le dispositif devrait progressivement être généralisé dans toutes les grandes métropoles françaises, il convient d’en rappeler les règles de base.

Depuis le 1er juillet 2017, les véhicules diesel de 1997 à 2001 ne sont plus autorisés à circuler dans Paris intra-muros entre 8 heures et 20 heures en semaine (du lundi au vendredi) et dans les zones à circulation restreinte (ZCR) de certaines métropoles. Pour ces véhicules, la vignette Crit’Air numéro 5 doit être apposée afin de pouvoir circuler la nuit, le weekend et les jours fériés. La mesure, qui a fait couler beaucoup d’encre avant l’été, n’est pas sans conséquence, notamment pour les professionnels équipés d’utilitaires anciens et/ou polluants.

Des conséquences pour les PME/TPE

Le renouvellement du parc automobiles constitue bien sûr la voie royale pour résoudre le problème. VP ou VU, en optant pour des modèles plus récents, moins polluants (voire non polluants !), vous pourrez passer entre les mailles du filet.

Régulariser sa situation

Si vous ne vous déplacez que rarement dans les zones où la vignette est obligatoire, vous n’avez peut-être pas encore fait le nécessaire. Pour éviter toute déconvenue, mieux vaut anticiper pour conserver non seulement sa liberté de circuler, mais aussi éviter l’amende de 68€ en cas d’infraction ! Pour vous procurer la vignette Crit’Air, connectez-vous sur le site https://www.certificat-air.gouv.fr/. Le tarif de la vignette est fixé à 4,18 € (envoi compris) quel que soit le véhicule ou sa motorisation. Selon le type et la date de mise à la route, le site attribue la vignette correspondante et les autorisations de circulation qui en découlent.