WLTP : quel impact sur les catalogues des constructeurs ?

Au 1er septembre 2018, le test WLTP sera généralisé. Ce test combiné à la norme Euro 6d-Temp va prématurément mettre un terme à la commercialisation de modèles dont les constructeurs ne souhaitent pas assurer la mise en conformité. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Le scandale du “Dieselgate” aura donc fait définitivement bouger les lignes de front. Parmi les différentes mesures qui vont devenir réalité à compter du 1er septembre 2018, il y a la généralisation du protocole de test WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures), pour procédure d’essai mondiale harmonisée pour les véhicules légers, qui vient en remplacement de la norme NEDC. Les tests WLTP s’effectuent toujours en laboratoire sur les traditionnels bancs à rouleaux. Mais la donne change car désormais, les mesures sont prises dans des conditions plus proches d’un usage réel. Une nouvelle satisfaisante pour l’environnement et pour une plus grande transparence sur le marché de l’automobile. Les tests sont ainsi réalisés avec une température de départ de 14°C au lieu de 20 à 30°C, sur une distance de 23 km contre 11 km auparavant, à des vitesses plus élevées (passant en moyenne de 34 à 46,6 km/h) et sur une durée de 30 minutes contre 20 antérieurement. Nouveauté avec le protocole WLTP : les options des véhicules pouvant avoir un impact important sur leur poids et leur aérodynamisme sont prises en compte.

 

Des modèles amenés à disparaître…

Les cartes étant totalement redistribuées et les chiffres désormais publiés devant traduire des réalités tangibles, certains constructeurs sont contraints de revoir leur copie. Pour les modèles qui n’entrent plus dans le cadre des normes anti-pollution, deux cas de figure se présentent. Si le modèle connaît un franc succès et se trouve au beau milieu de son cycle de vie, le constructeur va chercher à adapter le modèle. Il effectuera alors les ajustements technologiques nécessaires pour que la commercialisation de ce dernier puisse se poursuivre normalement. Si en revanche le modèle est déjà ancien, ou qu’il n’a pas véritablement rencontré son public, il va tout simplement être retiré du catalogue. Cet aspect manichéen de la situation est un vrai casse-tête pour l’industrie automobile mais aussi pour les gestionnaires de flotte. Durant cette période transitoire, certains préfèreront peut-être différer le renouvellement d’une partie de leur parc.

 

Une situation profitable pour le gestionnaire de flotte ?

Avec la généralisation des tests WLTP, certains modèles vont donc disparaître. D’autres en revanche vont subir des adaptations techniques, et risquent d’être indisponibles pour un certain temps, les délais de livraison de ces modèles pouvant s’allonger. Les entreprises qui envisagent le renouvellement de leur flotte devront alors prendre leur mal en patience pour prendre livraison de leurs modèles favoris. Par ailleurs, les normes anti-pollution étant plus drastiques, elles exigent des équipements (comme des filtres à particule de nouvelle génération) plus onéreux et cela risque d’impacter la valeur d’achat des véhicules. D’autant qu’à compter du 1er septembre 2019, tous les nouveaux moteurs à essence devront répondre à la norme Euro 6d Temp. Ils devront alors émettre moins de particules fines que par le passé. En vous orientant d’emblée vers des gammes respectant déjà la norme Euro 6d Temp, vous pourrez couper court sans délai à l’ensemble des tergiversations.