Borne de recharge à domicile : que faire quand tout semble impossible

Le verdissement des flottes est une priorité qui passe par la réassurance des collaborateurs vis-à-vis de l’autonomie et de la recharge de leurs véhicules. Quand l’installation d’une borne de recharge à domicile n’est pas possible, l’on peut envisager d’autres alternatives simples. Explications.

Alors que la loi LOM (Loi d’orientation des mobilités) incite les gestionnaires de flotte à verdir la mobilité de leurs collaborateurs, un frein persiste : la disponibilité des bornes de recharge. Si une mobilité plus vertueuse sur le plan écologique séduit les utilisateurs et que l’agrément de conduite des véhicules électriques est unanimement plébiscité dès la première expérience, la faiblesse du maillage des infrastructures de recharge demeure une inquiétude qu’il faut combattre.

L’enjeu : apporter une réponse pragmatique et opérationnelle à tous les collaborateurs. Parmi les cibles prioritaires à accompagner : ceux ne disposant pas d’une borne de recharge à domicile. Selon l’Avere, il y aurait seulement 212 000 bornes de recharge privées en France. Un contraste tandis qu’on estime que 240 000 véhicules électriques en circulation en France. Cela inclut également ceux vivant en habitat collectif mais ne disposant d’aucun emplacement dans leur résidence pour garer leur véhicule électrique de fonction, bien sûr. Mais il faut également songer à ces utilisateurs qui résident en maison individuelle mais ne disposent pas nécessairement d’un garage. Pour ceux-là aussi, des solutions existent.

De la borne de recharge à domicile à la borne de recharge au sein de l’entreprise

La France est en retard sur le programme de développement de son réseau national de bornes de recharge. Et cela, en dépit des progrès constants. Au-delà de ce retard que l’on pourra qualifier de systémique, la pénurie de semi-conducteurs aggrave encore la situation. 

Fort heureusement, les acteurs de l’installation de bornes de recharge à domicile ou dans les entreprises ont pu malgré tout continuer d’accompagner les entreprises, comme nous l’expliquait Luc Xiong, Responsable d’activités IRVE pour ISIOHM en mai dernier, « durant la seconde vague de COVID-19, les premières tensions sur les approvisionnements en matières premières se sont fait ressentir. Dès lors, les acteurs de la chaîne de valeur se sont adaptés ». Une adaptabilité et une agilité qui permettent de faire avancer les projets de déploiement dans les locaux des entreprises. Car c’est là un levier majeur de réassurance des collaborateurs vis-à-vis de la mobilité électrique. 

Dans le cadre d’un entretien qu’il nous a accordé, Xavier Blin, Key account manager & partnership pour Zeborne de Proxiserve, le rappelait avec force : « Si le réseau de bornes disponibles croît sur le territoire national, le fait de disposer d’une borne de recharge au sein de l’entreprise rassure le collaborateur ». Rassurer, mais surtout accompagner !

C’est pour Hanno Klausmeier, Président de SAP Labs, une priorité absolue : « il n’existe plus de véritable frein objectif à l’électrification des flottes. Néanmoins, les entreprises doivent s’emparer du sujet car la conduite du changement est un enjeu central. Formation et réassurance des utilisateurs, mise à disposition de bornes de recharge au travail et au domicile du collaborateur, accès aux réseaux de bornes payants… Il faut une réelle volonté de la direction générale mais aussi de la méthode ».

Des applications pour faciliter la recharge…

La méthode, c’est aussi d’accompagner ces collaborateurs. Au-delà de la recharge en entreprise, ils ont besoin d’assurer la charge de leur véhicule lors de longs trajets, d’autant plus lorsqu’ils n’ont pas l’occasion de repasser sur leur lieu de travail régulièrement. Ces derniers peuvent s’appuyer sur des applications spécifiques. Chargemap est la plus connue en France. Elle est consultable via un navigateur Web ou bien sous la forme d’une application mobile. 

A l’instar de Waze, la communauté d’utilisateurs est mise à contribution. Elle recense les bornes disponibles, mais surtout fonctionnelles en temps réel. L’on peut appliquer différents filtres de recherche selon le type de batterie par exemple. Ce dernier peut rapidement identifier le point de charge le plus proche et ainsi prolonger sa route. Et cela, en exploitant les fonctions de géolocalisation du smartphone du collaborateur. Les bornes de recharge identifiées à proximité sont classées. Cela se fait au moyen d’un code couleur, en fonction de leur vitesse de charge ou leur disponibilité. 

Chargemap peut également générer un itinéraire et ouvrir votre GPS pour lancer la navigation jusqu’au point de recharge sélectionné. D’autres applications permettant de préparer un trajet ou d’identifier les points de charge disponibles dans une zone géographique inconnue du collaborateurs sont envisageables : Nextcharge, Plugshare, ou encore Cocoparks (qui permet de repérer les parkings souterrains disposant de bornes)… Autant de solutions qui faciliteront l’adoption de la mobilité électrique, même lorsque vos collaborateurs ne peuvent accéder aux bornes de l’entreprise ou envisager l’installation d’une borne de recharge à domicile

Pour en apprendre plus sur les bornes de recharge :