Le véhicule hybride rechargeable, un atout pour le verdissement des flottes

L’Arval Mobility Observatory dresse, mois par mois, le bilan du marché sur les flottes d’entreprise. Selon ses dernières analyses, il apparaît que le cumul des immatriculations de véhicules hybrides et des 100% électriques est supérieur au total des immatriculations essence (159 435 VP + VUL, contre 144 157 unités). « Dans le détail, les hybrides rechargeables s’affichent en hausse de + 720, 72 % (59 486 VP + VUL), devant les hybrides simples (+ 280,51 % à 62 710 VP + VUL) », relèvent les auteurs du rapport.

Au total, les parts de marché des différentes énergies sur les onze premiers mois de l’année 2021 (VP + VUL inclus) s’établissent à 19,79 % pour l’essence ; 57,28 % pour le diesel ; 5,11 % pour l’électrique ; 8,17 % pour les hybrides rechargeables et 8,61 % pour les hybrides simples. 

Les véhicules hybrides rechargeables s’imposent comme une alternative sérieuse pour relever le défi du verdissement des flottes. Et nombreuses sont les entreprises, à l’instar de Coca-Cola Europacific Partners, à avoir intégré l’hybride rechargeable dans leurs car policies. L’objectif ? Programmer l’électrification complète de leur flotte à moyen terme

Un choix guidé par l’usage…

Au début de l’année 2021, Coca-Cola Europacific Partners annonçait officiellement rejoindre l’EV100, une initiative mondiale qui rassemble des entreprises internationales déterminées à accélérer la transition vers les véhicules électriques et à faire du transport électrique la nouvelle norme d’ici 2030.

L’entreprise affirmait ainsi son engagement à faire passer toutes ses voitures et camionnettes de société à des véhicules électriques, ou à des véhicules à très faibles émissions lorsque les véhicules électriques ne sont pas possibles d’ici 2030. L’idée : constituer une flotte dont le mix énergétique soit le plus adapté aux usages. 

Dès 2018, Olivier Fricaudet, Fleet manager France de CCEP confiait, dans une interview accordée à Flotauto.com, que « l’hétérogénéité des usages nous pousse à réfléchir en termes de multi-énergies pour adopter les solutions les plus pertinentes pour chaque usage. […]

L’hybride rechargeable est pour le moment adapté pour des collaborateurs qui parcourent moins de 20 000 km par an et réalisent un trajet domicile-travail quotidien de moins de 25/30 km. Au-delà, on bascule vers une consommation d’essence trop importante et on perd tout le bénéfice de l’hybride ».

Trois ans plus tard, l’hybride rechargeable est toujours d’actualité chez Coca-Cola. Le groupe qui opère actuellement la refonte de sa Car Policy continue de réduire au maximum la place du diesel parmi ses 1 016 véhicules. Et cela en intégrant toujours plus de modèles hybrides rechargeables. Une transformation facilitée par la réduction progressive des cartes carburants, afin d’inciter les employés à essayer puis adopter plus durablement l’électrique.

Le véhicule hybride rechargeable : un tremplin vers le 100% électrique ? 

Pour Stéphane Godefroy, Responsable Marketing Produit pour Hyundai Motor France, le constat est sans appel : « L’hybride rechargeable constitue un tremplin vers l’adoption d’une mobilité 100% électrique tant sur l’aspect comportemental de l’utilisateur que sur le plan organisationnel ».

En effet, en dotant une flotte d’entreprise de véhicules hybrides rechargeables, le bénéfice dépasse très largement la seule dimension de la taxation car

« L’utilisation d’un hybride rechargeable est très proche d’un celle d’un véhicule électrique, continue Stéphane Godefroy. Le silence, l’agrément de conduite, le recours aux palettes de régénération pour préserver l’autonomie, la préparation des trajets… Autant de pratiques qui amènent à la mobilité électrique en abolissant les réticences liées à la peur de la panne d’énergie ».

Éduquer les collaborateurs au bon usage de l’hybride rechargeable, faire acte de pédagogie autant que de réassurance, deux piliers essentiels du verdissement de la mobilité. Mais cela va encore plus loin. Pour maximiser les bénéfices de l’hybride rechargeable, le gestionnaire de flotte doit s’interroger sur la mise à disposition de bornes de recharge sur le site de l’entreprise, et le cas échéant au domicile du collaborateurs. « Cela constitue d’abord une garantie que le collaborateur pourra gérer au mieux la charge, mais surtout l’investissement déjà consenti ne sera plus à faire quand la flotte migrera vers du 100% électrique », conclut Stéphane Godefroy. 

Pour en apprendre plus sur l’hybride rechargeable et la car policy :