100.000 points de recharge pour véhicules électriques : la France sera-t-elle prête fin 2021 ?

La France pourra-t-elle disposer de 100.000 points de recharge sur le domaine public d’ici fin 2021 ? Plus précisément, sera-t-elle capable, en à peine un an, de tripler son parc actuel composé à ce jour d’à peine 29.000 unités ? La tâche se montre ardue, d’autant que le nombre de véhicules électriques augmente plus vite que celui des stations d’approvisionnement.

Avec le renforcement des aides de l’État pour accompagner le plan de relance du secteur automobile (prime écologique, prime à la conversion ou rétrofit d’une ancienne voiture thermique), de nombreux Français ont franchi le pas pour une voiture à batterie rechargeable. Confinement ou pas, malgré la crise sanitaire, les immatriculations ont bondi : 70.538 unités vendues depuis début 2020, soit + 132 % par rapport à 2019. Mais si les ambitions sont là, rouler aujourd’hui en véhicule 100 % électrique n’est pas si simple. Entre les points de recharge mal entretenus, voire hors-service, les faibles puissances (la moitié du réseau date d’avant 2017) et les grands «vides» dans le maillage de certaines régions, les longs trajets peuvent devenir anxiogènes.

Aux antipodes de la zénitude revendiquée d’un véhicule «zéro émission». D’ailleurs, Clément Le Roy, expert auprès de grandes entreprises et collectivités du cabinet conseil Wavestone, nous précise :

«L’incapacité à effectuer le plein d’électricité en itinérance est le principal frein au développement de la voiture électrique comme premier véhicule du foyer. Ce qui le cantonne souvent à un usage à proximité du domicile, alors que les dernières 100 % électriques affichent une bien meilleure autonomie. Un maillage pertinent du territoire est donc capital.»

Une majorité de points de recharge à domicile

Pour l’heure, les points de charge privés sont dix fois plus nombreux (plus de 300.000) que ceux accessibles au public, sur la voirie (46 %), les parkings (34 %) ou les commerces (20 %).

«C’est plus problématique en immeuble de copropriété. Si 25 % des automobilistes se garent dans la rue, ceux qui doivent recharger leur voiture sont encore plus nombreux en proportion. Il faut donc faciliter le droit à la prise instauré depuis 2014», nous livre François Gatineau, expert en mobilité chez Mobileese, bureau-conseil qui accompagne les copropriétés.

En effet, 90 % des recharges s’effectuent à domicile ou sur le lieu de travail, alors que seulement 10 % le sont sur le domaine public ou en itinérance (5 % sur autoroutes et nationales). La mobilité décarbonée ne pourra se développer sans un solide réseau de stations-service bien réparties sur l’ensemble du territoire national. Et cette accélération du déploiement passe par un ensemble de mesures.

Une forte augmentation des aides

Créé en 2016, et piloté par l’association Avere-France, le programme Advenir, qui vise à promouvoir la mobilité électrique en France, a été prolongé jusqu’en décembre 2023 et renforcé, le 12 octobre dernier, par une nouvelle enveloppe de 100 millions d’euros pour équiper les villes (voiries, parkings publics, parkings privés des commerces et entreprises, copropriétés), et l’ensemble du territoire. Par ailleurs, le plan de relance financera également des parcs de recharge (hubs) de 4, 6 ou 8 points de charge de 150 kW, permettant un déploiement rapide de 500 stations sur les grands axes routiers, autoroutes et routes nationales.

Cette aide financière voit ses montants et plafonds relevés: 50 % ou 60 % des frais d’installation selon la puissance de la borne de recharge, soit une aide allant de 2100 euros à 9000 euros HT, contre 1000 à 1860 euros auparavant. «Avec une prime inédite allant jusqu’à 9000 euros accordée désormais à notre borne haute technologie Troniq 50 kW fabriquée à Bordeaux, c’est un bon coup d’accélérateur pour la recharge publique rapide à courant continu», se réjouit Corinne Frasson, directrice France d’EVBox (filiale d’Engie), le franco-hollandais leader mondial en infrastructures de recharge (115.000 bornes dans le monde).

Lire la suite sur Le Figaro Automobile