Gestionnaire de flotte : des missions, un savoir-faire

En tant que chef d’entreprise, vous aviez l’habitude de gérer votre flotte automobile. Votre activité s’étant développée, vous envisagez aujourd’hui de recruter un gestionnaire de parc. Pour être sûr de détecter le bon profil, quelques savoir-faire sont indispensables à identifier.

Il est temps de doter votre entreprise d’un gestionnaire de flotte professionnel. Avant de vous lancer à corps perdu dans un recrutement compliqué, il est important de cerner quelles compétences et qualités indispensables ce dernier devra réunir pour remplir pleinement ses missions.

Compétence N°1 : une vision de la notion de mobilité

Votre gestionnaire de flotte ne se limitera pas à contrôler au quotidien l’utilisation qui est faite de votre parc. Désormais, l’entreprise est confrontée à des problématiques de mobilité plus larges, intégrant une dimension écologique et sociale. La vision de la mobilité de votre gestionnaire vous permettra de développer votre politique RSE. Celle-ci n’est pas qu’un alibi, une image que vous chercheriez à véhiculer. De plus en plus d’appels d’offres (émanant notamment du secteur public) intègrent des critères RSE. En endossant le costume de « gestionnaire de mobilité », votre nouveau collaborateur peut alors, indirectement, vous ouvrir de nouveaux marchés.

Compétence N°2 : une bonne connaissance des véhicules

Le gestionnaire de flotte est naturellement le garant de la maintenance du parc. Il doit être en mesure de prendre la main sur la gestion de l’entretien en allant au-delà des préconisations « constructeur ». Il sera par ailleurs en charge d’organiser au mieux les rotations des véhicules afin que les immobilisations pour maintenance désorganisent le moins possible la mobilité de vos collaborateurs, que la maintenance soit réalisée en interne ou en externe. Anticipation, prévention, optimisation sont autant de capacités que votre gestionnaire de flotte devra réunir.

Compétence N°3 : une compréhension des contingences financières

Le pilotage des contrats de location, l’organisation du renouvellement de la flotte, le choix des véhicules, la façon dont ils sont utilisés par les collaborateurs, les problématiques liées à la fiscalité de la flotte, etc. Tous ces éléments doivent être pris en compte par le gestionnaire de flotte dans une optique de maîtrise des coûts. Ce dernier aura pour mission d’optimiser le TCO (Total Cost of Ownership) de votre parc et devra travailler en collaboration avec la direction financière de l’entreprise dont il devra comprendre les impératifs.

Compétence N°4 : une sensibilité RH

Le bon usage des véhicules, l’adoption d’une conduite éco-responsable, peuvent dégager d’importantes économies : économie de carburant, économies liées à la baisse de la sinistralité, etc. Mais pour modifier le comportement des conducteurs, le gestionnaire de flotte doit se prévaloir d’une vraie sensibilité RH, et organiser avec les Ressources Humaines des opérations de sensibilisation et de formation. Le gestionnaire de flotte devra également endosser la délicate responsabilité de désigner les contrevenants en cas d’infractions routières.

Compétence N°5 : une réelle maturité technologique

En matière de gestion de parc d’entreprise, l’innovation est permanente. Le profil que vous recruterez devra être en mesure de vous accompagner dans le choix des solutions « high tech » qui contribuent à une optimisation de la flotte (géolocalisation, suivi de données, reportings automatisés). La sélection des outils, la veille technologique pour se tenir informé des dernières innovations, des réglementations, la connaissance des problématiques liées aux données (notamment dans le contexte du RGPD), ou encore les enjeux de cybersécurité, sont autant de problématiques clés que le gestionnaire de flotte devra être en mesure de maîtriser.

Sensibilités technique, humaine, financière et stratégique, le gestionnaire de flotte joue un rôle pivot dans l’entreprise. Sachez identifier le bon profil !