Gestionnaires de flotte : 3 bonnes résolutions pour 2020

L’année 2020 promet d’être riche en rebondissements pour les gestionnaires de flotte. Entre la complexité des dernières mesures fiscales, les attentes des collaborateurs et l’enjeu environnemental, vous devrez, cette année encore, être présent sur tous les fronts. Pour y parvenir, voici les trois résolutions indispensables (et tenables !) à prendre sans délai.

Résolution n°1 : être plus scrupuleux que jamais sur la maintenance du parc

Des véhicules bien entretenus, c’est d’abord une expérience utilisateur optimale.

L’entretien rigoureux et méthodique de l’ensemble des véhicules de la flotte est, plus que jamais, un vecteur d’optimisation du TCO (Total Cost of Ownership). Des véhicules bien entretenus, c’est d’abord une expérience utilisateur optimale. Plus un véhicule est propre, fonctionnel et en état, plus les collaborateurs seront enclins à respecter le matériel mis à leur disposition. Mais l’entretien scrupuleux de la flotte est aussi un enjeu de sécurité routière. L’état des freins, comme des pneumatiques ou de l’ensemble des accessoires liés à la visibilité, contribue à améliorer la sécurité sur les routes et par conséquent, à réduire la sinistralité… et donc les frais. Si les questions fiscales et environnementales sont évidemment cruciales, elles ne doivent pas constituer un écran de fumée et détourner le gestionnaire de flotte de tâches, certes plus triviales, mais réellement stratégiques.

Résolution n°2 : considérer toutes les énergies dans le choix des véhicules

Vous devrez nécessairement diversifier votre mix énergétique en vous orientant vers des motorisations plus propres en fonction des usages.

En tant que gestionnaire de parc, vous êtes garant de la pertinence de la car policy de votre entreprise. Celle-ci doit constituer une réponse pragmatique et cohérente à votre plan de mobilité. Or, pour répondre tout à la fois aux impératifs réglementaires, limiter l’empreinte environnementale de l’entreprise et satisfaire les exigences des collaborateurs, vous devrez nécessairement diversifier votre mix énergétique en vous orientant vers des motorisations plus propres en fonction des usages. Définissez les profils-types de rouleurs et identifiez pour chacun d’eux le type de véhicules et de motorisations tout en intégrant des alternatives pertinentes en termes d’usages que de ROI.

Résolution n°3 : ne plus penser flotte, mais penser mobilités (au pluriel !)

Il revient au gestionnaire de flotte de prendre en considération la réalité des mobilités dans l’entreprise au sens large du terme.

Depuis l’apparition du plan de mobilité (qui a succédé au plan de déplacements d’entreprises), il revient au gestionnaire de flotte de prendre en considération la réalité des mobilités dans l’entreprise au sens large du terme. Identification des trajets domicile/travail, transport de marchandises, déplacements professionnels des collaborateurs, des clients, des visiteurs, des partenaires, des fournisseurs… depuis le 1er janvier 2018 les entreprises de plus de 100 collaborateurs ont l’obligation de disposer d’un plan de mobilité. Ce dernier intègre l’ensemble des modes de déplacements accessibles à l’entreprise et son écosystème : transports en commun, autopartage, covoiturage, vélo et trottinettes électriques, etc. Le concept s’est progressivement étendu aux entreprises de taille plus modeste, même s’il ne constitue pas une obligation. Pour quelle raison ? Simplement parce que le mobilité multimodale est la réponse aux enjeux du gestionnaire de mobilité qui devra sortir de sa chrysalide en 2020…