Systèmes d’aide à la conduite, des conducteurs peu formés et informés

Selon le baromètre 2021 de la prévention routière publié par l’assureur Allianz, les conducteurs français ont une connaissance limitée des systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS). D’autre part, seulement un sur deux a bénéficié d’une explication sur leur fonctionnement lors de l’achat de son véhicule.

L’assureur Allianz France a publié l’édition 2021 de son baromètre de la prévention routière, réalisé en partenariat avec l’institut d’études marketing et d’opinion CSA. Cette édition était centrée sur la connaissance des systèmes avancés d’aide à la conduite ou ADAS (pour Advanced driver-assistance systems).

En effet, conformément au règlement européen 2019/2144plusieurs dispositifs avancés de sécurité deviendront obligatoires sur tous les nouveaux modèles de véhicules vendus à compter du 6 juillet 2022.

Les dispositifs avancés de sécurité obligatoires dès juillet 2022

Pour tous les véhicules :

  • Système d’adaptation intelligente de la vitesse
  • Facilitation de l’installation d’un éthylomètre antidémarrage
  • Systèmes d’alerte de somnolence et de perte d’attention du conducteur
  • Systèmes d’alerte avancés de distraction du conducteur
  • Signaux d’arrêt d’urgence
  • Systèmes de détection en marche arrière
  • Enregistreurs de données d’événement
  • Système précis de surveillance de la pression des pneumatiques

Pour les voitures et camionnettes :

  • Systèmes de freinage d’urgence avancés capables de détecter les véhicules à moteur se trouvant devant elles ainsi que les usagers vulnérables de la route, tels que les piétons et les cyclistes.
  • Systèmes d’urgence de maintien de la trajectoire
  • Zones étendues de protection contre les chocs de la tête destinées à atténuer les blessures en cas d’accidents avec des usagers vulnérables de la route, tels que les piétons et les cyclistes.

Pour les bus et camions :

  • Systèmes avancés capables de détecter les piétons et les cyclistes se trouvant à proximité immédiate du côté droit du véhicule ; d’avertir de leur présence ou d’éviter tout accident avec ces usagers vulnérables de la route.
  • Construction de manière à réduire les angles morts à l’avant et du côté du conducteur.

Une connaissance limitée des systèmes d’aide à la conduite

Un échantillon de 2 097 conducteurs français âgés de 18 ans et plus a ainsi été interrogé sur le sujet. L’enquête s’était déroulée en ligne, du 7 au 27 mai 2021. Parmi eux, il y avait 148 conducteurs de véhicules électriques (BEV) ou hybrides rechargeables (PHEV).

Bilan : « Les conducteurs ont une connaissance assez limitée des ADAS, observe Allianz. Alors que 93 % des répondants estiment avoir une bonne compréhension de ce qu’est un ADAS, seulement 64 % des conducteurs interrogés ont été en mesure d’en citer au moins un spontanément. » À noter que les dispositifs les plus cités sont liés au freinage (35 %), au contrôle de trajectoire (24 %) et à la régulation de vitesse (18 %).

Lire la suite sur Flotauto.com

Pour en savoir plus sur les ADAS :