Mobilité et autopartage : la COVID-19, accélérateur de transformations ?

Le modèle de l’autopartage est-il condamné par la crise de la COVID-19 ? Pas si sûr. Entre restrictions des déplacements, mesures sanitaires et contingences budgétaires, les gestionnaires de flotte ont dû sans cesse se réinventer et s’adapter. Alexandre Fournier,Directeur du Marketing et de la communication pour Mobility Tech Green, partage sa vision des transformations accélérées.

Mobility Tech Green est le leader de l’autopartage B2B en Europe. L’entreprise, qui propose une solution clé en mains appelée e-Colibri, intervient auprès de ses clients avec trois promesses essentielles : une optimisation du budget mobilité, une gestion de flotte facilitée et une réponse à des enjeux sociétaux et environnementaux toujours plus prégnants pour les responsables de flottes d’entreprise.

« Lorsque la crise de la COVID-19 a éclaté, nous avons nourri des craintes, pas seulement pour notre activité, mais pour la pratique de l’autopartage », se souvient Alexandre Fournier, Directeur du Marketing et de la communication pour Mobility Tech Green.

Il faut dire que dans un contexte sanitaire troublé, les craintes liées à la propagation du virus par contact, n’ont guère encouragé cette pratique. « Nous avions même anticipé un recul de 30 à 40% des réservations de véhicules de notre plateforme e-Colibri ». Pourtant, passées les premières semaines balbutiantes liées au premier confinement, la donne a changé…

mobility_tech_green_covid-19

Alexandre Fournier, Directeur du Marketing et la communication de Mobility Tech Green

Des défis de transformations tous azimuts

Alors que nous avons traversé des mois d’une complexité inédite, les gestionnaires de flotte ont été confrontés à des défis de transformation considérables.

« La COVID-19 a agi comme un catalyseur, observe-t-on chez Mobility Tech Green. Elle représente en quelques semaines un gain de plusieurs années sur les transformations qui étaient déjà engagées ».

Au premier rang de ces transformations : la nécessité de réduire l’ensemble des coûts à la mobilité. L’autre impératif : repenser les règles sanitaires pour des véhicules professionnels qui passent d’un collaborateur à l’autre. Enfin, et c’est le troisième axe relevé par Alexandre Fournier :

« Les événements ont accéléré la prise de conscience de l’enjeu environnemental au sens large du terme et de la place qu’occupe la question des mobilités en la matière ».

Autant d’éléments qui ont suscité un nouvel engouement pour les solutions d’autopartage. « Nous avons sur ces tous derniers mois enregistré une hausse de près de 150% des sollicitations de contact pour nos solutions », observe Alexandre Fournier.

COVID-19 et autopartage : une réponse à l’enjeu ?

Pour les fleet managers, qui endossent chaque jour davantage le costume exigeant de gestionnaire des mobilités, la crise sanitaire a fait bouger les lignes de front.

« Nous le constatons auprès des entreprises que nous accompagnons, précise Alexandre Fournier. Les collaborateurs sont non seulement soucieux de l’état sanitaire des véhicules de la flotte mais de nouvelles attentes émergent, comme le vélo partagé ».

Alors que les solutions d’autopartage comme e-Colibri utilisent une application mobile pour réserver et déverrouiller l’accès aux véhicules, les contacts physiques sont limités au maximum. « Quant au TCO de la flotte, c’est justement le cœur du modèle d’e-Colibri qui permet d’optimiser l’usage de votre parc automobile au quotidien ». Mais, nous sommes encore au cœur du processus de transformation et bien des efforts d’adaptation restent à fournir.

« L’accélération est réelle, mais les enjeux liés aux déplacements des collaborateurs vont rester au cœur des priorités des entreprises. La preuve avec les solutions de crédit mobilité qui permettent aux collaborateurs de profiter de différents types et modèles de mobilités et contribuent progressivement à l’adoption de nouveaux usages », conclut Alexandre Fournier.