L’éco conduite : pourquoi pas vous ?

Réduire l’empreinte énergétique de votre activité est une préoccupation majeure. Pourtant, l’heure n’est pas encore venue d’opter pour des motorisations sans émission de CO2 pour votre flotte… Dès lors, sensibiliser les collaborateurs aux principes et vertus de l’éco-conduite vous permettra d’assurer pertinemment la transition vers une politique de mobilité plus responsable !

Les motorisations hydrogène, hybrides et 100% électriques n’émettent pas ou peu de CO2. Les véhicules thermiques (Diesel et essence) polluent certes de moins en moins, mais le prix des carburants est tel, que rouler impacte clairement le résultat de l’entreprise. Dès lors, il convient de trouver des alternatives. L’une d’elles consiste à sensibiliser les collaborateurs à ce qu’il est désormais convenu d’appeler l’éco-conduite. A partir de quelques principes simples, souvent de pur bon sens, un éco-conducteur pourra espérer économiser entre 5 et 10 % de carburant et réduire d’autant ses émissions de CO2 dans l’atmosphère. Si l’on s’en réfère aux chiffres relayés par l’OVE (Observatoire du Véhicule d’Entreprise) il apparaît qu’au-delà de ces bénéfices financiers et environnementaux immédiats, les entreprises qui appliquent les principes de l’éco-conduite enregistrent une baisse moyenne des accidents de 10 à 15%.

Optez pour des stages de formation à l’éco-conduite

Les organismes proposant des stages de sensibilisation à l’éco-conduite sont nombreux. Les volumes de formation et les techniques enseignées varient suivant les établissements. Toutefois, durant les sessions des dispositifs électroniques sont installés sur les véhicules de formation (via la prise ODB) et permettent de visualiser en temps réel l’impact du comportement du conducteur sur les émissions de CO2. Le recours à un tel outil d’analyse de données, permet bien souvent de créer un challenge entre les participants, l’objectif étant d’émettre le moins possible de CO2 ! Ces formations, facturées entre 350 et 400€ par stagiaire, s’étendent le plus souvent sur un volume de 3 heures de théorie et 3 heures de pratique. Au-delà des conseils sur l’éco-conduite, ces stages sont l’occasion de rafraîchir les connaissances des participants en termes de code de la route et de comportement routier… Un bon moyen de réduire la sinistralité et les pertes de points !