Adoption des nouvelles mobilités : accompagner les collaborateurs

Adoption de nouvelles pratiques liées à la conduite d’un véhicule électrique, appropriation de solutions de mobilités alternatives comme la trottinette ou le vélo à assistance électrique (VAE), le gestionnaire de flotte joue un rôle clé dans la réassurance et la sécurité des collaborateurs. L’enjeu : sensibiliser, former, accompagner. Entretien avec Tiphaine Leurent, secrétaire générale de l’AVEM.

tiphaine-leurent-secretaire-generale-avem

Au sein des entreprises, l’enjeu de la mobilité est crucial. Alors que l’activité peine encore à reprendre des couleurs, que la nécessité de verdir les flottes s’impose autant que la maîtrise du TCO, le gestionnaire de parc doit tout mettre en œuvre pour résoudre une équation toujours plus complexe. Les impératifs économiques ne sont pas les seuls à entrer en ligne de compte. « Désengorgement des centres-villes, réduction de la pollution, gain de temps dans les transports et plus globalement bien-être des collaborateurs/citoyens, les mobilités sont au cœur de la transformation des entreprises mais aussi de notre société », explique Tiphaine Leurent, Secrétaire générale de l’AVEM.

Agir sur le terrain

L’AVEM (Association pour l’Avenir du Véhicule Electro-Mobile) est une association créée en 1998. Elle est le fruit du rapprochement de quatre entités : l’association Espaces pour demain, EDF, le Centre International d’Evaluation du Véhicule Électrique (CIEVE) et l’ADEME.

« Nous nous sommes donnés pour mission de contribuer au développement des véhicules électriques et hybrides, mais aussi à l’accompagnement des particuliers, des institutions, comme des entreprises, à l’adoption de ce que l’on appelle aujourd’hui les mobilités alternatives ».

Alors qu’une récente étude de RTE mettait en lumière un certain retard de la France dans l’adoption des mobilités électriques par rapport à ses voisins européens, Tiphaine Leurent souligne que « la formation et la sensibilisation s’imposent autant pour les gestionnaires de flotte que pour les collaborateurs ». Une conviction qui s’incarne dans les actions de l’AVEM, qui organise par exemple les Journées AVEM de l’électro-mobilité qui se déroulent chaque année en septembre.

Former pour lever les freins à l’adoption de nouvelles pratiques

Adoption de bonnes pratiques et des dispositifs de protection appropriés, apprentissage de nouveaux réflexes en vue de prolonger l’autonomie des batteries ou dans la préparation de trajets au long cours, l’éventail des formations est large mais ne se limite pas aux seuls utilisateurs. Certains instituts de formation comme Blue2bgreen proposent des cours et stages dédiés aux gestionnaires de flotte et aux dirigeants d’entreprise pour les aider à comprendre l’offre en matière d’installation et de gestion des bornes de recharge au sein de l’entreprise.

Formation en présentiel ou sous forme de MOOC, l’offre s’étoffe régulièrement et l’AVERE publie sur son site une liste qui peut s’avérer précieuse pour y voir plus clair ! Le site de l’AVEM s’est par ailleurs enrichi d’informations sur les vélos à assistance électrique, les transports en commun électriques, les infrastructures de recharge ou encore sur les opérateurs de mobilité partagée. Un effort de formation nécessaire quand on connaît l’accidentologie, même modeste, qui les accompagne pour l’instant. « Le vélo ou la trottinette suscitent un engouement important encore accentué par la COVID-19, précise Tiphaine Leurent, “mais elles inquiètent également les entreprises et leurs salariés».

Même s’il ne devrait pas y avoir plus de risque à utiliser un vélo ou un engin de déplacement personnel motorisé que la voiture, une étude de Yougov publiée en 2018 révélait déjà que 24% des utilisateurs avaient déjà eu accident. Des chiffres potentiellement expliqués par des usages inadaptés des équipements.

« Qu’il s’agisse de bien utiliser un véhicule électrique ou hybride, de repenser ses habitudes en matière de déplacement ou d’utiliser sans risque une trottinette électrique, la formation doit faire partie de la stratégie des entreprises », conclut Tiphaine Leurent.

—-

Pour en apprendre davantage sur les nouvelles mobilités :

Quelle place pour les mobilités alternatives dans les flottes françaises ?

 

Plan de déplacement des entreprises : bien intégrer la micro-mobilité