Le marché proche d’un nouveau record en novembre

Sauf effondrement de dernière minute en décembre (il faudra peut-être compter avec les grèves sur les retraites), le marché du véhicule d’entreprise affichera bel et bien une nouvelle année record en 2019. Depuis le début de l’année, sur onze mois, la progression est de +9,04 % avec 813 510 immatriculations VP + VUL, selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory. Pour mémoire, sur l’ensemble de l’année 2018, les immatriculations s’étaient établies à 818 648 VP + VUL, en hausse de +2,1 %. Cette forte progression est en outre réalisée avec deux jours ouvrés de moins par rapport à 2018 (230 contre 232). Les premiers mois de 2020 risquent d’être beaucoup plus compliqués pour le marché entreprise, en raison des incertitudes sur le calendrier d’application de la norme WLTP et avec la hausse de la fiscalité qui en résultera.

Le marché entreprise en novembre

En novembre, le marché du véhicule d’entreprise retrouve une progression à un chiffre (contre deux en octobre), mais dans la fourchette hausse. Les immatriculations de VP et de VUL réalisées par les entreprises affichent une progression de +8,01 %, à 76 976 unités. Une activité soutenue malgré deux jours ouvrés de moins cette année (19 contre 21 en 2018).

Ce sont les VP qui tirent désormais clairement le marché avec un bond mensuel de + 15,8 %, 47 690 immatriculations, tandis que les VUL marquent de nouveau le pas avec un repli de -2,68 %, à 29 286 unités.

Côté énergies, l’essence est toujours orientée à la hausse, avec des immatriculations en progression de + 42,59 % à 18 024 unités (VP + VUL), mais il s’agit de la plus faible croissance affichée depuis septembre. La demande en essence provient exclusivement du VP (+50,42 % à 16 861 unités), tandis que sur le VUL, elle recule de -18,73 % (1 163 unités).

Le diesel enregistre en novembre un coup d’arrêt dans sa « remontada » observée depuis septembre. Les immatriculations s’établissent en léger recul de -0,69 % avec 53 136 immatriculations (VP + VUL). Sur le segment des VP, les immatriculations stagnent (25 880 unités, +0,4 %), alors qu’elles sont en repli de -1,71 % sur le VUL (27 256 unités).

Nouvelle douche froide pour l’électrique, qui affiche une très forte chute des immatriculations (VP + VUL), à -34,07 % (1 558 unités). C’est le plus mauvais mois de l’année pour cette motorisation en entreprise. Un repli qui s’observe tant sur les VP (-35,62 % à 1 023 unités) que sur le VUL (-30,88 % à 535 unités).

Les hybrides tirent toujours leur épingle du jeu, avec une croissance de +44,19 % des immatriculations (3 844 VP + VUL). La croissance repose à la fois sur le VP (+ 41,76 % à 3 649 unités) et sur le VUL (+ 111,96 % à 195 unités).

Pour découvrir la suite de cet article, rendez-vous sur mobility-observatory.arval.fr.