Selon Bosch, 72 % de citadins espèrent des aides pour l’achat de voitures thermiques

L’équipementier Bosch a fait réaliser une enquête auprès d’automobilistes français, britanniques, italiens et allemands sur leurs souhaits et projections en matière de mobilité individuelle.

1ère conclusion de l’étude de Bosch : impossible de se passer de voiture

Environ 60 % des 2 500 personnes interrogées pour le compte de l’équipementier allemand par l’institut de sondage Innofact « sont incapables d’envisager leur vie sans voiture ». Parmi les 40 % restants, « la grande majorité est capable de s’en passer tout au plus de façon occasionnelle ».

Dans les zones rurales, les Européens des 4 nationalités sont favorables à 77 % à l’utilisation de la voiture. Cependant, un peu moins de la moitié des 18-29 ans se prononcent clairement en faveur de cette exploitation. En France, 41 % des sondés ont indiqué avoir besoin de ce moyen de transport « avant tout pour se rendre au travail ».

En conclusion de ce chapitre, la voiture reste donc le moyen privilégié par les automobilistes pour se déplacer de façon individuelle.

Les voitures électriques, c’est pour plus tard !?

Si elles devaient acheter un véhicule demain, la moitié des personnes interrogées choisiraient un modèle équipé d’un moteur thermique pour voiture principale, et un automobiliste européen sur 3 ferait le même choix pour un deuxième engin.

En revanche, quand le panel de 2 500 personnes doit se projeter en 2030, il place en tête à 68 % la motorisation électrique, devant l’hybride. Une personne sur 3 considère même que les groupes motopropulseurs embarquant une pile à combustible sont « l’avenir de la mobilité ».

Membre du directoire de Robert Bosch GmbH, en charge du secteur des solutions pour la mobilité, Stefan Hartung commente :

« L’électromobilité est en marche et c’est une bonne chose. Rien que cette année, Bosch a investi 500 millions d’euros dans ce secteur. Parallèlement, nous continuons à développer le moteur à combustion, car la demande persiste ».

Des subventions pour les modèles essence et diesel neufs

Les automobilistes européens souhaiteraient-ils des aides gouvernementales à l’achat de voitures particulières équipées d’un moteur thermique conventionnel ? Est-ce vraiment une surprise s’ils sont au moins 70 % à avoir répondu par l’affirmative à cette question qu’ils ne se posaient peut-être pas pour la plupart ?

Les Italiens sont même 83 % à se prononcer en faveur de l’octroi d’une telle prime, contre 77, 62 et 60 % respectivement pour les Français, les Allemands et les Britanniques. Le montant idéal du coup de pouce serait de 9 000 euros pour le tiers des sondés.

« Promouvoir les moteurs à combustion modernes peut accélérer le renouvellement de la flotte de véhicules et, par conséquent, contribuer à la préservation de l’environnement et du climat », soutient Stefan Hartung.

Lire la suite sur Automobile-propre.com